Archives de Tag: Passer l’hiver

Olivier Adam, Passer l’hiver

Olivier Adam a une façon d’écrire hypersensible qui bouleverse

Leurs vies vacillent. Elles dérivent, esquintées, prêtes à se planter, à s’échouer, à se laisser ensevelir sous la rigueur d’une interminable nuit d’hiver. Dans chacune des neuf nouvelles d’Olivier Adam se décline et se répand le flot, d’une extrême acuité, du vide intérieur.
 
Pensées ordinaires dans des présents ordinaires. Professeur de lycée en année sabbatique, employée de bureau, manutentionnaire de supermarché, infirmière de garde, vendeuses de station-service, ouvrier sur un chantier, chauffeur de taxi… pas un pour échapper à l’engluement quotidien. Mais parce qu’elles sont le lieu du déchaînement des éléments, les nuits d’hiver agissent en révélateurs. Propices aux visions sur soi-même, à l’écroulement des dernières bases. Elles creusent l’angoisse. Nuit et verglas. Nuit et tempête. Nuit et inondations. Les grands arbres s’écroulent. Les routes sont coupées. Il n’y aura jamais assez de bière, de vodka ni de whisky pour noyer toutes ces formes d’apocalypse nocturne.
 
Dans la confrontation aux situations extrêmes, la lucidité des narrateurs se réveille. Energie d’un désespoir, encore plus criant les nuits de Noël et du nouvel An. Ne pas abandonner. Continuer vaille que vaille. Sans illusion. Ailleurs, si nécessaire. Le bonheur – rires des enfants sur la plage, hystérie des cadeaux de Noël – ne peut être que volé, passage d’instants fragiles entre échecs et coups du sort. Le courage n’est alors que de voir et d’accepter sa propre impuissance d’adulte à changer quoi que ce soit. Au cœur des neiges campées dans ces pages avec une force d’éternité, le combat pour une saison plus clémente s’esquisse avec peine. Au bout du compte, seule importera l’opiniâtreté de tenir bon. Puisque, pour tous ces gens scotchés à leurs vies minuscules, passer l’hiver est l’unique ambition.

Admirateur de Maurice Pialat- comme l’un de ses personnages semble-t-il – Olivier Adam a cette façon d’écrire hypersensible qui à elle seule pourrait justifier qu’on le lise. Elle porte avec précision et justesse son propos au cœur du lecteur, et bouleverse. Auteur de trois romans, Olivier Adam écrit aussi pour la jeunesse. Ses nouvelles d’un monde à bout de souffle sont déjà, et c’est mérité, un succès de librairie.

c. d’orgeval

   
 

Olivier Adam, Passer l’hiver, Editions de l’Olivier, 2004, 170 p. – 16,00 €.

 
     
 
Publicités

Commentaires fermés sur Olivier Adam, Passer l’hiver

Classé dans Nouvelles