Ibn Al Rabin, Faudrait voir à voir

C’est l’histoire d’un pari fou : dessiner une planche chaque jour pendant un an, à coups de traits noirs et de vides blancs

C
’est l’histoire d’un pari fou, sans doute une de ces idées qui nous assaillent à 4 heures du matin au détour d’une rêverie… C’est l’histoire d’un auteur qui décide de dessiner une planche chaque jour pendant un an. Sauf que ce n’est pas l’histoire de l’auteur, encore moins de l’autobiographie, mais bien de la bande dessinée.

 

Ibn Al Rabin a le trait noir et les vides blancs. Il a l’humour absurde et l’esthétique minimaliste. Ibn Al Rabin ne prétend pas révolutionner la BD, mais il essaie de la faire bouger, quitte à réinventer la poudre au détour d’une case.

Tout au long de ces plus ou moins 365 planches (plutôt plus que moins, l’auteur n’est pas radin), Ibn Al Rabin manipule les formes – souvent aussi simples que des taches d’encre, des ronds ou des carrés – et teste notre patience. Parfois il raconte une histoire d’amour, ou bien l’arrivée des aliens sur Terre ; d’autres planches sont des fables géométriques ou des poèmes grotesques. À partir de là, Ibn Al Rabin fait hurler son lecteur de rire, mais le déconcerte aussi car on reste quelquefois perplexe devant une page particulièrement absconse.

Les planches de cette somme annuelle ne se racontent pas. Qu’on sache simplement qu’elles font irrémédiablement penser à celles de M. Le magicien (en intégrale à L’Association, à lire ou à relire absolument). Qu’on sache aussi que la planche du dimanche 5 août 2001 est une suite de carrés blancs puis noirs puis blancs qui est à mourir de rire.

Comme il faut quand même un bémol, on est bien obligé de reconnaître que le niveau est inégal, que les bonnes idées ne sont pas toujours au rendez-vous, et qu’on retrouve ici et là des choses qu’on avait déjà vues ailleurs. On peut aussi regretter (ou apprécier) que l’on penche à certains (courts) moments vers le journal (je n’ai pas écrit « carnet » !) de bord…

Non, en fait on ne regrette pas ces petits passages d’autobiographie, parce qu’ils nous permettent d’apprendre que l’auteur est docteur en mathématiques (d’où sa passion pour l’absurde ?) et qu’il exècre les voleurs de vélo (à bon entendeur…). Quant à ce qu’on connaissait déjà, c’est plus joli que du Trondheim et aussi drôle que du F’murr.

Enfin un album de bande dessinée !

Martin Zeller

   
 

Ibn Al Rabin (dessin et scénario), Faudrait voir à voir, éditions Groinge,mai 2004, 434 p. N&B – 26 €.

Publicités

Commentaires fermés sur Ibn Al Rabin, Faudrait voir à voir

Classé dans Bande dessinée

Les commentaires sont fermés.