Alex Barclay, Darkhouse

Mais que nous vend-on ici ?

Ceci est une opération marketing

Comme beaucoup de gens, je suppose, mon attention a été attirée sur ce livre grâce à la communication de masse qui permet difficilement d’y échapper. Certains auront craqué à cause de placards publicitaires au milieu ou au coin des rues, d’autres à cause de ceux qui essaiment les grands halls de gares… De ce point de vue, si j’ose dire, l’auteur de ce thriller est partout : tant et plus que c’en est presque inquiétant même si on nous dit qu’elle est belle.
C’est sans doute cela d’ailleurs qui m’a interpelé lorsque je l’ai aperçue en train de présenter son livre dans une émission tardive destinée au grand public : le fait que, à aucun moment, le contenu du roman, la trame narrative, n’ont été mis en avant pour « faire l’article » comme l’on dit… La seule explication à la venue dans l’émission de cette jeune auteur (premier roman) reposait sur l’énorme à-valoir qu’elle aurait perçu grâce à un agent anglais renommé du milieu, soit la bagatelle de 513 000 euros. Tout cela pour un thriller mettant en scène un serial killer traquant un flic qui a descendu son ami d’enfance et poursuivant le policier new-yorkais Joe Lucchesi, au repos pour quelque temps, en Irlande ? On croit rêver : trop colossal pour être vrai ; si colossal que ce pourrait être vrai….

Et Alex Barclay d’être interrogée, non pas sur ce qu’elle a à dire, sur le sens qu’elle confère à son roman à suspense, ou encore sur le rôle dévolu à la buse de Harris et autres faucons en ces pages (c’est le motif sanguinolent de la couverture), mais sur les conditions de son travail et la raison de cette avance éditoriale obtenue soi-disant sur la foi de quelques pages envoyées en toute naïveté au dit agent. Cela n’enlève rien d’ailleurs à la qualité intrinsèque de Darkhouse, qui s’inscrit sans faillir dans la lignée des thrillers haletant, quasi-cinématographiques (à l’instar des scenarii d’un Maxime Chattam par exemple , révélé au lectorat par les éditions Michel Lafon qui vont rafler la mise une fois de plus), où un taré de première persécute une famille rangée de voitures, en l’occurrence les Lucchesi en train de retaper un vieux phare dans le village irlandais de Mountcannon. Mais enfin.

Indépendamment d’une histoire certes aboutie et maîtrisée, il est difficile de ne pas voir dans la communication tous azimuts entourant ce titre une opération purement marketing où n’importe quelle histoire à peu près bien ficelée pourrait être porté aux nues en vertu d’une telle rafale d’encarts publicitaires. Que l’on parle urbi et orbi d’un livre parce qu’il rencontre son public et détonne par son ampleur stylistique et son propos, tant mieux. Que l’on en vienne, dans une tout autre perspective, bassement mercantile, à faire mousser un pur « produit » de l’industrie éditoriale est un peu plus gênant car le livre ne devient désormais guère différent d’un paquet de cigarettes ou d’une marque de sous-vêtements, et c’est un peu de la magie de la boîte histoire qui s’étiole…. Ou de l’art de vendre du rien à la télé et sur les murs en réduisant un texte honnête et efficace (sans être transcendant) aux seuls charmes de son auteure – qui restent à débattre. Ce qui fait furieusement penser à l’aphorisme de Pierre Dac en son temps selon lequel « parler pour ne rien dire ou ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. »

 Ces remarques ne sont nouvelles en rien, pas plus que l’ouvrage d’Alex Barclay, résumé en une elliptique baseline* sans grand rapport au demeurant avec son contenu (les mensonges pointés n’ont rien à voir avec la menace de meurtre : pourquoi les mettre sur le même niveau d’énonciation ?), ne saurait apparaître comme novateur. Match nul entre le livre et la critique donc, qui explique que je ne m’attarderai pas sur les méandres et rebondissements – il y en a – de l’histoire en question puisque, justement, ce n’est pas ce qu’on nous « vend » ici.

*« Son fils lui ment ; sa femme lui ment. Et un tueur l’attend au tournant. »

frederic grolleau

   
 

Alex Barclay, Darkhouse, trad. Edith Ochs, Michel Lafon, 2006, 369 p. – 20,00 euros.

Publicités

Commentaires fermés sur Alex Barclay, Darkhouse

Classé dans On jette !, Romans

Les commentaires sont fermés.