U2 (Bono, Adam Clayton, Larry Jr Mullen, Edge) U2 by U2

Pour fêter Noël et ses trente ans de carrière, le groupe U2 offre au public un superbe recueil d’interviews et de photos

Alléluia, alléluia ! U2 aime Noël ! U2 aime ses fans ! Pour cette fin d’année, et ses trente ans de carrière, le groupe nous offre, avec l’aide de Neil Mc Cormick, journaliste au Daily Telegraph, un beau recueil d’interviews et photos.
(Sont également disponibles, avec la même pochette, un CD best of de ses récents singles et un DVD des clips correspondants. U2 aime aussi, sans doute, l’argent.)

L’ouvrage est aussi classieux (papier glacé, mise en page impeccable, qualité des photos) que classique dans sa composition : extraits de chansons du groupe pour les titres de chapitre, ordre chronologique, interview fleuve des quatre musiciens et de leur manager. Ce n’est pas follement original (on peut lire chez d’autres éditeurs des ouvrages sur les Stones ou les Beatles construits selon le même schéma) mais ne boudons pas notre plaisir.

Pour le fan de toujours (votre oncle, la quarantaine bien tassée) les premiers chapitres constituent un émouvant (ou douloureux, selon le rapport de votre oncle à son âge) flash-back vers une new wave héroïque. Pour votre petite cousine, qui connaît davantage Bono pour ses exploits humanitaires que vocaux, le livre ne présente peut-être pas de réel intérêt (sauf peut-être pour l’impayable photo de Jean-Paul II avec les lunettes de Bono page 290).
 
Pour moi, trentenaire qui découvrai à 12 ans « Sunday Bloody Sunday » live à Red Rocks (et déjà à l’époque la cassette vidéo qui allait avec le vinyle…), puis vibrai au son novateur du « Unforgettable Fire » avant d’assister enthousiaste à la déferlante du « Joshua Tree », la première partie de l’ouvrage a le goût d’une exquise madeleine.
La seconde rappelle au fan ingrat, tourné alors vers des horizons plus purs, plus durs (les Pixies, Nirvana…), les efforts de U2 pour perpétuellement se remettre en question, changeant d’image et de style album après album. Combinant une sincérité politique et une distance vis-à-vis du petit cirque du rock’n’roll forçant toutes deux le respect. Composant de-ci de-là quelques classiques (« One » s’il ne fallait en garder qu’un). S’imposant tournée après tournée comme les plus créatifs entertainers du circuit (laissons aux Rolling Stones le titre de plus grands : leur « Bigger Bang World Tour » aurait déjà 100 millions de dollars d’avance sur le précédent record des Irlandais).
Ne pas s’y tromper : d’autres musiciens ont connu dans les années 80-90 un succès planétaire (Springsteen, REM, Oasis par exemple). Mais seul U2 a su rebondir aussi vite. Et bien.

Le début du troisième millénaire laisse peut-être un goût amer avec un retour en arrière assumé (« All that you can’t leave behind »), professionnel et talentueux mais sans l’excitation du risque (« How to dismantle an atomic bomb »). Mais nous n’en sommes qu’au début. Et comme le dit Bono en conclusion :
Je ne pense pas que U2 soit d’humeur à y aller sur la pointe des pieds. Si on fait de bonnes chansons, on devrait finir par devenir franchement populaires.

guilhem menanteau

   
 

U2 (Bono, Adam Clayton, Larry Jr Mullen, Edge) U2 by U2, Au Diable Vauvert, octobre 2006, 340 p. – 55,00 €.

 
     
 
Publicités

Commentaires fermés sur U2 (Bono, Adam Clayton, Larry Jr Mullen, Edge) U2 by U2

Classé dans Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Beaux livres

Les commentaires sont fermés.