Vincent Ravalec, Wendy² ou les secrets de Polichinelle

Si même les Anges font acte d’ingérence dans le karma d’une adolescente, c’est qu’il doit s’agir d’une sacrée embrouille !

Le troisième pan du Jeu, formidable projet chamano-littéraire initié par Vincent Ravalec, vient ranimer les fantômes du passé afin de réécrire la vie de sa Sainte perdue au fil d’un précédent roman : Wendy Angelier.
Cette origine pourrait laisser croire qu’il s’agit juste d’un second épisode, d’une suite linéaire à la biographie de l’orpheline mystique et meurtrière couchée sur papier en 1996 : ce serait mal connaître le subtil Ravalec.
Nul ordre croissant pour ce Livre Magique mais une factorisation cosmique conçue pour vous mettre la tête au carré.
 
Celle qui en a vu d’autres’

Quand elle apprend la mort sordide de Wendy Angelier au journal télévisé, un jour d’été de ses huit ans, la petite Wendy Angelier cligne à peine un cil de ses jolis yeux bleus. Cette singularité dans la distribution des pièces sur l’échiquier spatio-temporel s’intègre plutôt naturellement dans son univers de fillette candide : cette Wendy à l’écran c’est bien elle, mais c’est aussi un Ange… Une première graine extraordinaire tombe ainsi du rosaire karmique pour s’enfoncer dans l’humus fertile d’une conscience neuve, baignée des fluides tranquilles de l’innocence.

’Celle qui sort d’on ne sait où’

Quelques années plus tard, le destin prend les traits de ce double astral pour venir bouleverser la routine de Wendy. W-a, une jeune femme blonde à l’allure classique et au caractère bien trempé, émanation d’un niveau occulte de la réalité, se matérialise dans l’intimité de l’adolescente qu’elle désigne comme sa Conséquence, pour l’entraîner peu à peu dans une autre dimension secrète. Rapports de force entre factions angéliques, lois de causalité mouvantes, embrouilles ésotériques, hiérarchies symboliques, pièges administratifs et révélations spirituelles, tout va très vite dans cette comedia del arte où le mystérieux Polichinelle tire les ficelles.

’Celle dont le sac est rempli de tours’

Elle est pourtant bien loin des clichés de l’Ange Gardien d’Epinal, ’Celle qui se fait appeler W-a’ ! Alternant exposés éducatifs sur le thème « Matière-Conscience-Conscience-Matière » et réflexions graveleuses comme « On est pas là pour se gratter les nibards », l’entité astrale Wendy Angelier brouille les pistes dans la tête de sa jeune élève. Après tout, elle a peut-être sombré en pleine psychose… Si ça se trouve, elle souffre d’un dédoublement de la personnalité ?
Impossible même de se rassurer en mettant ces hallucinations sur le compte d’une molécule frelatée : « Pas de LSD, Tata Magic est anti-drogue. Tata Magic est une Sainte, voyons, est-ce que les Saintes se droguent ? »

’Celle qui sait reconnaître quand il y a une couille dans le pâté’

Alors, pourquoi W-a essaye-t-elle d’ouvrir les yeux de Wendy sur les arcanes de la Conscience tout en l’enrôlant dans les pires dérapages ésotériques ? Est-ce pour mieux manoeuvrer sa Conséquence ? Quels sont les enjeux de cette ingérence du divin dans le champ du prosaïque ? Et où se situe la limite pour l’auteur dans cet origami d’univers ?
« De la manipulation ? Absolument, mais vous n’êtes pas obligée de vous y soumettre. »

Nom d’une licorne fluorescente !

Par ces personnages symétriques au-delà de l’espace et du temps, par ces romans miroirs imbriqués qui se mettent en abyme, Vincent Ravalec déploie, avec le naturel impertinent qu’on lui connaît, les faces d’une structure multidimensionnelle aussi élégante et fondamentalement étrange qu’un Calabi-Yau littéraire.

Les fils complexes entre le roman de 1996 et celui de 2004 croisent les liens tendus entre les différentes incarnations de Wendy Angelier pour tisser un tout qui, sous un certain angle, s’approche de « la Fée Clochette jouant du pipeau avec E.T. zarbi dans bus intergalactique vantant les mérites de l’art et de la magie guérisseuse des étoiles mégalithes », mais qui sous un autre est aussi un OVNI littéraire explorant les méandres de la compassion, où qui à deux degrés sur la gauche tient clairement de l’explication fumeuse qui devient envisageable, et qui vu d’ici, est un bug du programme qui, à la Matrix, autorise la méta-programmation du lecteur.

stig legrand

   
 

Vincent Ravalec, Wendy² ou les secrets de Polichinelle, Flammarion, janvier 2004, 400 p. – 20,00 €.

 
     
Publicités

Commentaires fermés sur Vincent Ravalec, Wendy² ou les secrets de Polichinelle

Classé dans Inclassables, Romans

Les commentaires sont fermés.