Vincent Ravalec, Un pur moment de rock’n roll

Ah, ces jeunes… Ils sont vivants, ils sont marrants, ils vont se planter en beauté !

Esthétique de la lose machine

Ah, ces jeunes ! Certains adultes les voudraient rangés, déjà responsables en herbe, conscients des combats qu’ils devront livrer pour se tailler une place confortable dans notre beau pays en ces années 90…

Et pourtant, nombre de ces mômes n’ont pas la tête à ça. Le beau programme matraqué par les parents et l’éducation nationale s’avère incompatible avec leur besoin de sensations fortes, cette envie physique poussée à l’extrême, à laquelle ne répondent pas forcément l’ouverture d’un terrain de foot dans le quartier ou l’adhésion aux projets des grandes causes humanitaires.

Ils sont vivants, ils sont marrants, ils vont se planter en beauté…

Kyrielle de prétendants pour une seule héroïne

Ravalec connaît bien ses protagonistes : petits truands, petites frappes, petits canons, gros délires, gros excès, grosses galères bien dans le rythme. Dans son style narquois, il photographie huit destins de losers remixés au shoot-grenadine avec comme jackpot la gloire ou la mort :

– Polaroïd pris au centre de formation des apprentis : baby-foot, cruauté, Chuck Berry, et le passé sur sa mobylette…
– Diapositive ramassée dans les rayons de la Maison du Bricolage : jusqu’à la cage du dépôt, il n’y a qu’un mauvais pas pour les deux copains accros aux perceuses…
– En négatif, le visage d’une bonne petite pute, douce Juliette qui passe du trottoir à l’hosto sans perdre le sourire…
– Photomaton chez les taulards pour le spectacle de fin d’année de la prison : l’occasion de découvrir de nouveaux talents…
– Radiographie pour Jean-Luc et son pote, le corps ravagé par un sida déclaré mais la tête quelque part au soleil…
– Photo de famille pour les bijoux de Never Twice, bandit turgescent qui ravissait les dames…
– Flou intimiste en face de la station service, quand le tapin distribue des Haribo au lieu de vendre la marchandise attendue…
– Pellicule voilée par la came, poème fluctuant à la poursuite du désir en attendant son dealer…

Les clefs du bonheur enfoncent des portes ouvertes

La seconde partie du recueil de nouvelles attaque sur une longue ébauche de solution à la sauce sociale : dépaysement bucolique et travaux des champs comme thérapie obligatoire pour nos jeunes délinquants. Pas évident pour eux, confrontés aux méthodes alternatives d’un pseudo gourou pathétique, mais hilarité garantie pour le lecteur qui accompagne le jeune anti-héros de plus en plus loin dans l’absurde organisé.

Chaud bouillant et sous pression !

Puis nous ferons un détour sur la pointe des pieds chez le dealer Renato, sans déranger sa chérie qui porte un bébé très attendu. Nous profiterons des embouteillages nocturnes de la Porte Dauphine pour observer les mœurs d’automobilistes vraiment ouverts. Un type croisé à l’arrêt de bus Château Rouge nous prendra sous son aile pour nous apprendre comment manipuler la chance. Et enfin, le voyage s’achèvera en Camargue, où les gitans essayent d’attiser les femmes à force de guitares torrides !

Avalé en trois secondes ce Pur moment de rock’n roll… Ravalec intercale pilules amères et tranches de vie croustillantes en épigramme épicé à la dérision. On en redemande !

stig legrand

Vincent Ravalec, Un pur moment de rock’n roll, Le Dilettante, 1992 J’ai Lu Nouvelle Génération, 1996, 158 p.

Publicités

Commentaires fermés sur Vincent Ravalec, Un pur moment de rock’n roll

Classé dans Nouvelles, Poches

Les commentaires sont fermés.