Graham Joyce, Fumée d’Opium

Graham Joyce explore des territoires peuplés de démons plus subtils que les goules habituées de la collection Terreur

Récompensé par quatre « British Fantasy Awards » pour ses précédents romans, Graham Joyce explore cette fois-ci des territoires peuplés de démons plus subtils que les goules habituées de la collection Terreur.

Invoqués dans des volutes narcotiques, établis dans des traditions symboliques, esquissés dans nos certitudes hypnotiques, ils n’en sont pas moins terrifiants car d’autant plus proches de tout un chacun.

Non seulement doit-on parfois les affronter pour sauver ceux qu’on aime, mais il s’agit surtout de les combattre à la source où ils sévissent : dans son fort intérieur.

Ma chair, mon sang

Daniel Innes est électricien à Leicester. La quarantaine bien tassée, son humeur ne s’améliore pas depuis qu’il vit seul dans un appartement miteux parmi les pièces détachées de son mobilier en kit. S’il laisse traîner une oreille du côté de ses partenaires de quiz, lors de la soirée hebdomadaire au Clipper, le pub du coin, c’est pour couper court aux conversations, pas pour les entamer. Misanthrope discret, il se suffit à lui-même et ne souhaite rien de plus qu’un bon roman de SF accompagné d’un fond de whisky sous des glaçons pour s’évader des ruines de sa vie familiale.

Deux ans déjà qu’il n’a pas parlé à Charlotte, sa fille, son bébé, son petit trésor, partie étudier à Oxford, université de perdition. Elle était pourtant le centre de son univers, et il n’a pas oublié le moment magique de sa naissance : « Ce jour-là, Charlie cligna des paupières et me regarda. Ses yeux évoquaient une créature sortie tout droit d’un dessin animé de chez Disney (…). » Qui aurait cru qu’elle ramènerait un jour à la maison des blancs-becs percés portant dreadlocks et prénoms ridicules ? Qui aurait cru qu’un père et sa fille pouvaient devenir de parfaits étrangers ?

Et soudain, c’est le drame. Danny le solitaire ne songe pas à trouver de l’aide, ni auprès de Phil, le frère aîné de Charlotte, qui depuis qu’il a attrapé le virus de l’Intégrisme Catholique tandis qu’il étudiait les toxines à l’université de Durham, ne s’exprime plus qu’à travers des paraboles obscures, et encore moins auprès de ses fréquentations du Clipper : « De toute façon, je ne risque pas de leur confier qu’aujourd’hui, le ministère des Affaires étrangères a appelé mon ex-femme chez elle pour lui annoncer que notre fille a été arrêtée à Chiang Mai pour trafic de drogue et avait de fortes chances d’être condamnée à mort. »

Mes amis, mes emmerdes

Mais le secret ne le reste pas longtemps et Danny perd bel et bien le contrôle de la situation. Il se découvre d’abord un compagnon prêt à le suivre jusqu’en Thaïlande, Mick Williams, un péquin avec qui il croyait simplement partager un intérêt pour les jeux de société. De son avis, « On cesse d’avoir des « meilleurs amis » à quatorze ans », mais Mick n’en démord pas. Phil annonce alors que Dieu l’a invité à se joindre au sauvetage de sa sœur, et voilà un improbable trio dans l’avion direction l’Asie.

De l’Angleterre à l’activité frénétique des rues thaïlandaises, le dépaysement est total. Arrivé à la prison de Chiang Mai, Dan découvre avec stupeur et soulagement que la prisonnière n’est pas sa fille, mais une voyageuse anglaise qui lui a volé son passeport au fin fond du Triangle d’Or. Les trois hommes recrutent alors deux guides locaux et s’engagent vers la frontière birmane, à travers la jungle. Malgré le lot de poncifs qu’ils trimballent, Mick et Phil révèlent un dévouement et une énergie insoupçonnée lorsqu’ils atteignent le point le non retour à la civilisation.

Le postier de Porlock

Suspens, humour, complexité narrative, personnages bien vivants, toile de fond extrême-orientale qui dépasse les clichés, tous les ingrédients sont réunis pour captiver l’esprit. Les lecteurs de la première heure, plus habitués aux thèmes fantastiques de l’auteur, regretteront peut-être la discrétion des aspects paranormaux, mais quel meilleur prétexte que l’examen de la norme elle-même pour s’émanciper d’un genre !

Dan réussira-t-il à ramener Charlotte à la maison ? Son « Kubla Khan » sera-t-il interrompu ? Parés de pétales flamboyants, les dieux des champs de pavot demanderont certainement un lourd tribu en échange, qu’il s’agisse d’agro-guerilleros psychotiques ou des idoles intemporelles d’une culture primitive. Précipité dans une réalité inconnue, chacun perdra ses repères, pour un voyage intérieur où les distances à parcourir vers la libération ne se comptent plus en kilomètres mais en connaissance et en compassion.

Parce que certains y sont pour de bon…

 
stig legrand
 
Graham Joyce, Fumée d’Opium, Pocket (Univers Poche), Collection Terreur, VO 2001, VF 2003, 409 p, ISBN : 2-266-12091-3
Publicités

Commentaires fermés sur Graham Joyce, Fumée d’Opium

Classé dans Pôle noir / Thriller

Les commentaires sont fermés.