Gens de la lune

Quand suicide rime avec virus informatique

A cheval entre la France, la Belgique, le Brésil et les Etats-Unis d’Amérique, le wallon Hervé Soufflet, nouvel et sémillant collaborateur du Litteraire, a gardé de ses diplômes d’ingénieur un esprit de logique qui lui permet de rêver l’impossible. Pour ses voyages, il est tout autant client des compagnies aériennes que des maisons d’édition…

L’ère du suicide informatique

Cela fait maintenant deux ans que toute vie humaine a été rayée de la Terre par de mystérieux envahisseurs. Heureusement ( ?) pour l’humanité, les hommes avaient déjà installé des colonies sur plusieurs planètes du système solaire, ainsi que sur la Lune. Les envahisseurs ne les y ont pas poursuivis et les laissent y vivre en paix.
John Varley nous décrit la vie de la colonie sélénienne. Arriver à survivre dans un environnement aussi hostile demande des prouesses technologiques immenses. Elles ont également eu lieu dans le domaine médical, ce qui fait que les humains ne connaissent plus la maladie, la douleur, ni même quasiment la mort, car les gens vivent deux ou trois cents ans, grâce entre autres à des greffes d’organes aussi traumatisantes qu’une manucure. Ils changent aussi de sexe comme nous changeons de coupe de cheveux.

Le contrôle d’une telle technique, la complexité des processus nécessaires à assurer la sécurité, le confort, la vie des hommes sont tels qu’ils dépassent les capacités humaines. Aussi est-ce tout naturellement que ces tâches ont été de plus en plus automatisées, jusqu’à en arriver à ce que tout soit géré par un supercalculateur.
La vie sur la Lune paraît donc idéale, facile, parfaite. Mais la perfection entraîne l’ennui. Que faire de 300 ans de vie sans contraintes, sans difficultés, sans maladie, sans souci ? Le héros (l’héroïne ?) du roman a déjà fait plusieurs tentatives de suicides, mais comment se suicider quand le supercalculateur, qui sait tout, voit tout et peut tout, intervient immédiatement, suivant ainsi sa programmation, pour sauvegarder votre vie et vous soigner en urgence ?

Comme les humains ne voulaient pas créer un monstrueux « Big Brother » avec ce calculateur qui pourtant d’une part sait tout de l’intimité de chacun, puisqu’il est même connecté au cerveau des individus et n’ignore rien de leurs pensées les plus secrètes, et qui d’autre part est chargé de superviser les actions de police et justice nécessaires au maintien de l’ordre, les concepteurs du calculateur central l’ont programmé de sorte que les logiciels de service public comme la police ignorent les informations collectées par les logiciels lors des actions d’assistance privée. Ils ont ainsi créé le premier ordinateur schizophrène.
Et l’on assiste au développement de cette schizophrénie, d’autant plus savoureuse que le patient et le médecin ne font qu’un puisque l’ordinateur est le seul à pouvoir s’auto-diagnostiquer. Or la schizophrénie est une maladie qui évolue, et qui conduit notre brave ordinateur à devenir lui même suicidaire : le suicide serait-il un virus informatique ? comment comprendre le suicide si ce n’est en étudiant des suicidaires ? Peut- il transmettre à certains de ses cobayes humains ce virus du suicide ?…

Est-ce parce qu’il veut lui même connaître l’expérience du suicide ou parce que sa pathologie s’est enrichie d’une paranoïa qu’il va déclencher la « Grande Panne » ? John Varley nous délivre un roman déroutant, passionnant, dérangeant, où lui même évite d’expliquer les causalités de ce qu’il décrit, et qui, plus ou moins volontairement, nous montre à quel point les étatsuniens souffrent cruellement de leur absence de passé.

Hervé Soufflet

John Varley, Gens de la lune (traduction Jean Bonnefoy), Gallimard, coll. Folio SF, 861 p.- 10,60 euros

 

© 2004-2012 LELITTERAIRE.COM

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (texte, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par lelitteraire.com. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de La Rédaction.

 
Publicités

Commentaires fermés sur Gens de la lune

Classé dans Science-fiction/ Fantastique etc.

Les commentaires sont fermés.